Ma pratique de la réalité virtuelle thérapeutique

Thérapie par exposition à la réalité virtuelle

Virtual Reality Goggles

Aujourd'hui, la réalité virtuelle est au service de la santé. Si auparavant l'exposition des patients phobiques se faisaient réellement avec une confrontation de l'élément perturbateur et anxiogène (le coût d'une telle thérapie pouvait être très élevé), aujourd'hui, l'avantage est que l'immersion virtuelle est réalisée en intérieur.(cabinet, hôpitaux...).

Au sein du Cabinet de psychothérapie « Mieux Demain » à Nantes, je m'appuie sur le spécialiste français de la Thérapie par Exposition à la Réalité Virtuelle et le Docteur Eric Malbos, de l'APHM (Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille) qui travaille sur la Cyberthérapie en France depuis les années 2000.

Les domaines dans lesquels j’utilise cette technique simple et rapide :

Les phobies

Le traitement des phobies les plus répandues est aujourd’hui accessible depuis cette solution thérapeutique.(claustrophobie, acrophobie, agoraphobie, peur de conduire…). Le but principal des thérapies par exposition en réalité virtuelle est d’immerger le patient, de manière progressive face à l’objet de son trouble. Pour chacune des phobies traitées, plusieurs étapes d’exposition sont disponibles, et peuvent se répéter à l’infini.


Les bénéfices de la réalité virtuelle sont nombreux : sécurité du patient, pas de déplacements en dehors du cabinet (pour l’aviophobie par exemple), confort de soin, confidentialité, meilleure graduation des environnements et possibilité de répéter les scènes à l’infini.


Une technologie de pointe pour traiter les troubles anxieux


Dispositif médical marqué CE, conçu par des professionnels de la santé mentale, psychiatres, psychologues, et psychothérapeutes, à destination de leurs confrères, il permet d’immerger le patient dans un environnement virtuel ultra réaliste. Coiffé du casque de réalité virtuelle et accompagné du thérapeute, le patient est exposé de manière graduelle à différents niveaux d’anxiété en fonction de ses pathologies.

Comment soigner le vertige ?

Grâce aux environnements de réalité virtuelle, l’exposition à différentes hauteurs est très facile. Les exercices d’exposition peuvent s’effectuer de plusieurs façons. En sortant sur des balcons, en empruntant un ascenseur d’extérieur vitré ou encore en passant d’un immeuble à un autre par des passerelles aux configurations personnalisables.(avec des murets, avec des cordes ou sans aucune protection).

Comment soigner l’agoraphobie ?

Plusieurs situations peuvent générer chez l’agoraphobe un sentiment de stress important et l’handicaper dans sa vie quotidienne, notamment les lieux publics, les foules ou les transports en commun. La solution utilisée comprend plusieurs environnements thérapeutiques reproduisant les lieux dans lesquels les patients ressentent de l’anxiété. Il est ainsi possible de plonger dans la réalité virtuelle et de se rendre dans une station de métro, puis dans un wagon plus ou moins fréquenté. D’autres situations vous immergent dans une gare ferroviaire, dans un bus en marche, ou encore dans un voyage en train.

Le stress et l'anxiété

Gérer ses émotions et se relaxer avec la réalité virtuelle

Lorsque le stress et l’anxiété deviennent chroniques, ils peuvent générer de nombreux troubles (cardiovasculaires, cognitifs, neurologiques, dermiques…) jusqu’à devenir bloquants et générateurs de crises de paniques, de TOC, de phobies ou encore de dépressions. Les environnements proposés ont été élaborés en étroite collaboration avec des Centres Hospitaliers Universitaires et de nombreux psychologues, hypnothérapeutes et sophrologues. Toutes les scènes de relaxation sont accompagnées d’environnements sonores sélectionnés pour leurs propriétés relaxantes ou par des voix guidant le lâcher prise des patients.

La solution pour le lâcher prise

Les sessions de relaxation durent en moyenne 20 minutes mais peuvent s’arrêter à tout moment et être répétées à l’infini. Utilisable aussi bien seule que conjointement à d’autres applications, ce logiciel permet de réguler la respiration, le rythme cardiaque et, plus globalement, l’humeur des patients pendant et après la séance.

Des environnements sonores relaxants en réalité virtuelle

Tous les environnements de relaxation sont enrichis de paysages audio, correspondant aux lieux visités (chants d’oiseaux dans un parc ou bruit des vagues sur la plage ou la crique). Plusieurs options de personnalisation sont disponibles pour les environnements.

Mieux respirer pour mieux se relaxer

L’inspiration et l’expiration sont représentées par un buste qui permet de maitriser sa vitesse de respiration et de réguler son rythme cardiaque. Les bulles accompagnent le patient dans le lâcher prise comme s’il évacuait son stress. Coiffé d’un casque de réalité virtuelle, le patient s’évade le temps du soin pour une séance de méditation. Les bénéfices sont nombreux : vrai moment de détente où l’on se détache plus rapidement pour évacuer stress et nervosité.

Traiter les addictions par la réalité virtuelle

La réalité virtuelle permet de recréer des environnements familiers pour les fumeurs et alcooliques afin de les confronter in virtuo à leurs troubles et désirs et de les aider à soigner leurs addictions. Tout est mis en place pour recréer des lieux propices à la consommation d’alcool ou encore de tabac. Guidé par son thérapeute, le patient apprend à repérer les environnements et lieux qui génèrent l’envie de consommer pour pouvoir finalement contrôler son impulsion.


Au-delà de la guérison du patient, il s’agit également pour le thérapeute de travailler sur les risques de rechute, d’en identifier les causes et d’adapter, par voie de conséquence, son traitement (psychologique).


Contrôler son addiction au tabac ou à l’alcool


Les environnements virtuels qui contiennent des indices liés au tabagisme ou à l’alcoolémie génèrent un désir important chez le patient dépendant. L’immersion des patients dans ces environnements virtuels a pour but de les confronter à leurs désirs addictifs afin qu’ils en prennent pleinement conscience et que leur thérapeute les aide à s’en détacher.
Le travail est effectué en lien avec plusieurs équipes universitaires sur le déclenchement du craving et le développement de nouvelles applications dédiées aux addictions.


Des situations qui déclenchent l’envie de boire


L’envie de boire, chez les patients dépendants à l’alcool, intervient souvent dans des lieux sociaux et dynamiques, ou des environnements de détente. De fait, les environnements virtuels proposent des situations qui recréent des sentiments similaires à ceux générés dans ces lieux. Le patient est, par exemple, immergé dans un salon et peut choisir son alcool préféré. Il est aussi possible d’assoir le patient à un comptoir de bar ou à la terrasse de café.


Des situations qui déclenchent l’envie de fumer


Pour les fumeurs en sevrage tabagique, les situations d’attente, de détente ou la confrontation à d’autres fumeurs, déclenchent souvent le besoin d’allumer une cigarette. L’application permet aux patients de se confronter à leur envie de fumer en réalité virtuelle. Du bureau de tabac à la terrasse d’un café en passant par une situation d’attente dans un abribus, le patient devra faire face à d’autres fumeurs et apprendre à contrôler son envie.


Les bénéfices de ces nouvelles thérapies sont nombreux : scènes répétitives à l’infini, travail en temps réel sur le craving, gain de temps en évitant les déplacements en dehors du cabinet, identifications des environnements et contextes qui génèrent le plus l’envie de fumer ou de boire.


En Pratique :

Déroulement des séances de réalité virtuelle thérapeutique

La thérapie commencera toujours par un apprentissage qui permet la gestion de l'anxiété. Ce seront des séances Pré-TERV (relaxation, hypnose, hypno stimulation et/ou respiration etc...). Le nombre de séances dépendra de chacun.
Une fois que cet apprentissage est acquis et mis en place par le ou la patiente non seulement en cabinet mais également au quotidien, l'exposition aux environnements virtuels puis réels peut se faire. A la fin de la thérapie, un rendez-vous est pris tous les 3 mois pour voir l'évolution du travail qui a été effectué.

Quelles sont les contre-indications ?

Une T.E.R.V. n'est pas indiquée pour des personnes épileptiques ou photosensibles. Les séances d'hypnose sont donc proposées.

Quel est l'objectif d'une T.E.R.V. ?

In fine, l'objectif est de proposer et d'enseigner à la personne un maximum d'outils variés pour mieux gérer son anxiété et atteindre le déclic cognitif qui va lui permettre de reconceptualiser son environnement. Sa vision sera alors génératrice de pensées plus réalistes et plus rassurantes. L'exposition va lui permettre de gagner une plus grande confiance en lui combinée avec une forme de fierté et d'autosatisfaction. Il a, en effet, surmonté une épreuve qui lui paraissait autrefois impossible. Ce sera son exploit personnel et le garant d'une évolution constante de sa vie. Par ailleurs, elle n'est pas obligée d'utiliser tous les outils enseignés au cabinet. C'est précisément l'intérêt d'en apprendre plusieurs. L'observation clinique a permis de constater qu'elle va en préférer certains au détriment d'autres qu'elle n'utilisera pas, ce qui est un processus normal. Le plus important, c'est que chacun puisse trouver son outil pour aller dans un mieux-être voire un bien-être.