Mon code de déontologie

Je ne suis ni médecin, ni psychologue, ni psychiatre. Je ne fais donc pas de diagnostics. J’exerce dans le cadre d'une démarche de bien-être à l'exclusion de tout objectif médical et je ne peux en aucun cas me substituer à un avis médical. Mes interventions ne dispensent en aucun cas de consulter un professionnel de la santé, chaque fois que cela est nécessaire.

Seul un médecin est habilité à poser des diagnostics, prescrire, modifier ou supprimer tout traitement médical. Toute question relevant du domaine médical est à poser à votre médecin traitant.

L’hypnothérapie s’inscrit dans la relation d’aide, hors cadre médical et réglementé. Elle ne se substitue donc en rien à acte ou traitement médical dont elle est peut-être complémentaire. La prestation délivrée par votre professionnel ne fait pas l’objet d’un conventionnement. Dès lors, elle n’est pas prise en charge par la sécurité sociale. Le montant des honoraires fixé est cependant déterminé avec tact et mesure.

 

Confidentialité professionnelle : La confidentialité couvre tout ce qui est venu ou vient à la connaissance du praticien dans l’exercice de sa profession, non seulement ce qui lui a été confié mais aussi ce qu’il a vu, perçu, entendu, compris ou ressenti. Il a l’obligation de poursuivre au mieux les intérêts de son client, avec pour seule limite, celle que la loi lui impose.

J’adhère à la charte de la NGH (National Guild of Hypnotists) et je suis membre du SDMH (syndicat des métiers de l’hypnose), et à ce titre je m’engage à respecter son code déontologique et sa charte éthique

L’hypnose et le coaching se montrent peu efficaces concernant :

Les difficultés liées au couple :

Le couple nécessite avant tout de la communication mieux vaut privilégier la psychologie de couple ou un psychothérapeute.

 

Les problématiques d’ordres sexuels :

Ce type de problématique est peu adapté à la thérapie brève, un sexologue ou un sexothérapeute est plus apte à vous accompagner.

 

L’addiction à l’alcool et aux drogues dures (mdma, cocaïne, heroïne…) :

Ces addictions demandent l’apport de nombreux spécialistes : addictologue, psychologue spécialisé, psychiatre.

Les difficultés du jeune enfant (moins de 8 ans) :

L’hypnose a peu d’effet concernant les enfants de moins de 8 ans il est préférable de contacter un pédopsychiatre.

Les personnes souffrant de maladies mentales :

Paranoïa, schizophrénie, psychose… L’hypnose est contre-indiquée pour les maladies mentales. Un médecin spécialisé en psychiatrie sera bien plus à même de vous aider.

Je respecte un code éthique strict, je préfère vous éviter de perdre du temps et de l’argent dans un domaine qui n’est pas adapté. Ainsi, je ne prends pas de rendez-vous concernant les points évoqués ci-dessus (couple, sexualité, alcool, enfant…).

Des séances d’hypnose et de coaching ne remplacent pas une consultation et un suivi médical.

 

Si vous avez une urgence médicale, contactez les services d’urgences (le 112). En cas de doute sur votre état de santé, contactez votre médecin traitant.